Un tablier métallique à remplacer

UN RENOUVELLEMENT NECESSAIRE

Le viaduc de Marly-le-Roi, d’une longueur de 283 mètres, a été construit en 1883. Il est situé sur la ligne L du Transilien (SNCF) qui s’étend de Saint-Cloud (92) à Saint-Nom-la-Bretèche (78).  

Du fait de son âge, cet ouvrage fait l’objet d’une surveillance régulière, et des opérations de renforcement ont été menées en 2013. Afin de garantir la pérennité des circulations dans des conditions optimales d’exploitation, il apparait désormais nécessaire de remplacer, à brève échéance, le tablier métallique en fer puddlé.

Les appuis de l’ouvrage (piles, culées) seront, pour leur part, conservés et renforcés. Ces travaux seront l’occasion de réduire les nuisances acoustiques et vibratoires causées par l’ouvrage actuel. Ces travaux seront l’occasion de réduire les nuisances acoustiques et vibratoires causées par l’ouvrage actuel.

 

LES ENJEUX ET CONTRAINTES DU PROJET

Le projet de renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi doit tenir compte :

- Des enjeux d’exploitation : la branche de la ligne L est empruntée par 148 trains/jour. Une interruption des circulations au niveau du viaduc impacterait 7 gares de la ligne L et 5 gares de la Grande Ceinture Ouest (GCO) entre Noisy-le-Roi et St-Germain-en-Laye, ce qui représente plus de 16 000 voyageurs par jour.

- Des enjeux d’insertion urbaine : l’ouvrage est localisé dans un milieu urbanisé offrant peu d’espace libre pour réaliser les travaux, certains bâtiments se trouvant à proximité directe des piles et des culées, impliquant des enjeux de sécurité et d’organisation de  chantier spécifiques.

- Des enjeux architecturaux : le viaduc, ouvrage d’art remarquable, est implanté dans un site lui-même remarquable, ce qui en fait un enjeu majeur du point de vue architectural.

- Des enjeux acoustiques : le projet ne s'inscrit pas dans un cadre réglementaire acoustique toutefois cet aspect a été pris en compte dans le cadre du projet. Ces travaux seront alors l’occasion de réduire les nuisances acoustiques et vibratoires causées par l’ouvrage actuel.

LES PRINCIPAUX IMPACTS ET MESURES DU CHANTIER

     Coupure des circulations ferroviaires

Les travaux entraineront une coupure des circulations des trains de 7 semaines pendant l’été 2018 et 4 week-ends en 2017, impactant 11 gares : des bus de substitution seront mis en place pour assurer la desserte des gares non desservies. 

Ce dispositif devra être confirmé. Il fera l’objet de campagnes d’information à destination des voyageurs avant chaque coupure de circulation ferroviaire.

    Un surplomb temporairement nécessaire

Du fait de la méthode des travaux, un surplomb temporaire des parcelles privées sera nécessaire pour mettre en place le nouveau tablier et retirer l’ancien. Les durées de ces occupations seront variables en fonction de la position géographique des riverains situés en contrebas, elles resteront à confirmer par l’entreprise qui sera en charge de la réalisation des travaux. A titre indicatif, les durées suivantes peuvent être envisagées :

  • 18 mois pour les parties hautes des palées provisoires
  • De 7 à 11 mois pour le nouveau tablier
  • De 3 à 5 mois pour l’ancien tablie

Les modalités d'occupation en suplomb seront definies avec chacun des riverains concernés .

    Des mises en sécurité pendant les phases sensibles

En raison des impératifs de sécurité du chantier, des évacuations des habitations les plus proches pendant les phases sensibles seront nécessaires. Ces phases sont les suivantes :

  • Installation / démontage des palées  
  • Lançage du nouveau tablier
  • Travaux d’équipement du nouveau tablier
  • Ripages  
  • Dé-lançage de l’ancien tablier

SNCF Réseau assurera une prise en charge des personnes à reloger. Un observatoire financier sera mis en place pour les deux commerces impactés par ces mises en sécurité.